VSF TriathlonLa Ferté Bernard (72)

Mon BUT 2016 : le Bretagne Ultra Trail

Vendredi 29 avril 2016, 15h
je pars direction la Bretagne avec mon accompagnatrice de choc qui sera ma mère pour cette course. Petite nuit sur le parking d’un village.
 
Samedi 30 avril 2016
, il est 4h30. Nous sommes à Quelven en Guern, tout le monde attend le départ, nous sommes seulement 8 féminines, je suis la plus jeunes des filles et surement aussi de tous les participants.
 
Comment faire pour boucler ses 118km ? Je n’en ai aucune idée. Est-ce que je suis les conseils avisés d’Alan : courir 1h, marcher 5min en se ravitaillant….  Je décide de courir tant que je peux.
 
Il est 5h c’est parti direction la plage de Pouldu. On me conseille de ne pas partir trop vite mais tout le monde file à une vitesse folle, alors je suis.
 
Les premiers 18km passent : trop facile les autres marchent dans les montées, je fais le choix de courir car ils marchent trop vite pour moi. J’ai déjà super faim (mauvais petit déjeuner) et j’ai 1h d’avance sur la barrière horaire.  Aller plus que 100km !
 
26km :
ma mère me fait une petit blague, elle a perdu les clefs de la voiture et ne pourra plus me suivre sur les autres ravitos, je fais le plein de nourriture dans mon sac. Je pointe toujours à 1h d’avance.
53km :
je crois être en retard sur la barrière horaire, grosse déception, je me dis que ça y est c’est fini, j’accélère quand même on ne sait jamais. Arrivée au ravito j’ai finalement 1h d’avance. Petite pause pour manger soupe et jambon. Dur dur de repartir et de sortir de la salle où on était bien au chaud. Je retrouve m’a mère qui  a retrouvé ses clefs qui étaient dans sa poche…
 
On se dirige maintenant vers la rivière on suit l’Ellé, le Scorff et les Roches du diable, tiens je suis déjà passée par là en kayak, sauf que ça monte beaucoup moins sur l’eau !
Je continue de courir (pas dans les grosses montées), je suis maintenant toute seule je rattrape 2 mecs donc 1 qui abandonnera au prochain ravito. Le ravito parait loin très loin et j’ai très faim on monte et on monte encore pour enfin arriver aux 73km et au ravitaillement.
73km :
On est maintenant à 10h de course ma montre n’a plus de batterie, je la laisse à ma mère qui me la rechargera pour plus tard. Rapide question aux organisateurs sur les barrières horaires : « j’ai le temps de tout faire en marchant »? La réponse est oui. Tant mieux car je ne peux plus courir, je finirai donc les 45km en marchant.
Au prochain ravito je récupère ma montre et c’est reparti. Un groupe de 3 me dépasse et me conseille de s’accrocher à eux pour ne pas finir seule, « même pas en rêve ils ne font que de parler je préfère finir seule et à mon rythme », je traine sur mon portable pour passer le temps Facebook, Snapchat, Instagram… j’envoie des sms, j’en reçois aussi et surtout 1 qui me fait peur : barrière horaire pour cette partie 20h30, je m’affole en marchant ça ne passera pas j’ai perdu trop de temps...
Je me force à recourir au moins sur le plat car les montées et les descentes c’est pas la peine. J’arrive au prochain ravito avec seulement 10min d’avance sur la barrière horaire, il ne faut qu’un message d’encouragement de ma sœur et je m’effondre en larmes.
 
98km :
Il me reste maintenant 20km pour arriver au bout de cette journée. J’ai rattrapé 2 personnes, eux courent moi je marche mais je vais à la même vitesse qu’eux. La nuit tombe il ne faut pas trop trainer car nous sommes limite niveau timing, on rattrape encore une personne nous sommes maintenant un petit groupe de 4 personnes avec moi en tête qui mène l’allure qui l’aurait cru ?
 
111km :
Il est 23h il nous reste 2h pour faire 7 km les autres me demandent de ralentir un peu, je ne veux pas quitter le groupe car il fait nuit et je ne veux pas prendre le risque de me perdre. Il fait froid, trop trop froid je suis gelée.
On longe la mer jusqu’à l’arrivée il parait que c’est jolie dommage pour nous il fait nuit, on double 2 autres personnes enveloppées dans leurs couvertures de survie, on voit enfin les lumières de l’arrivée on descend sur la plage, on remonte quelques marches et ça y est je suis arrivée.
 

136 participants ont pris le départ

105 sont arrivés

je suis 99ème,
4ème fille (les 4 autres ont abandonné) 
1ère  senior (normale j’étais la seule).
Je mets 19h 42m 19s

le 1er lui mettra 11h12 et la 1ère 15h27 ... impressionnant !


 
Frigorifiée, fatiguée, heureuse, contente, soulagée je peux enfin me mettre au chaud et m’allonger.
Prochaine étape en octobre mais sans maman cette fois.