VSF TriathlonLa Ferté Bernard (72)

Mon premier Swim&Run by Patrice

Le swim run a commencé pour moi huit semaines avant l'échéance de Vassivière (Vassivière, c'est dans le limousin -  https://​www.​facebook.​com/​swi​mrun​vass​ivie​resa​ngpo​ursa​ngsp​ort/) avec le premier entraînement d’enchaînements avec Willfried et Bruno. L'alternance course à pied et natation en eau froide s'est avérée plus difficile que je ne le pensais. Première séance et je fais un début d’hypoglycémie au bout d'une heure, mais la suite a été plus encourageante.

Le matin de la compétition, je suis un peu fatigué, la nuit a vu une succession d'averses qui ont provoqué une nuisance sonore proche des tambours du Bronx.
Cela n'a pas dû déranger nos jeunes voisins qui choisissent de faire un réveil musculaire à base de natation et de course à pieds. Ils sont beaux et jeunes mais ils ne verront pas nos semelles! Avec Bruno, on préfère analyser le parcours, les distances des tronçons de nage et de course à pieds, et on doute sur le fait qu'il y a 470m de nage pour finir … il doit y avoir beaucoup moins.

Le départ est lancé, nous sommes bien placés, le parcours à pieds se révèle beaucoup plus compliqué que sur le papier : il s’agit de sentiers techniques avec beaucoup de dénivelés. Il est impossible d'allonger la foulée sur une grande partie du parcours. Au bout de 4 kilomètres de course à pieds je sens une hyperthermie, liée au port de la combinaison, arriver. Des doutes m'envahissent sur ma forme du jour, et je suis obligé de demander à Bruno de lever le pied (nous sommes sur des allures de 4minutes 30 au mille, ça devrait en principe ne pas me poser de problème) et j’attends avec impatience la baignade dans l'eau à 15°C pour me refroidir.

Premier contact avec l'eau: rafraîchissante à souhait! Et les sensations sont là !! Je reste consciencieusement dans les pieds de mon poisson pilote, et je me concentre uniquement sur la technique, nager long ,pousser loin derrière. Je vois que nous doublons beaucoup d'autres concurrents dans l'eau …

Nous progressons tranquillement, les enchaînements se poursuivent les écarts se creusent, le paysage est magnifique!

Au bout de deux heures les premiers signes de fatigue commencent à se faire ressentir mais nous arrivons à la fin du premier tour. Nous sommes 6ème et nous sommes toujours dans des allures correctes , 5m30 au mille à pied et 1m27 au 100m en natation.

Nous sommes 4 binômes à évoluer pratiquement ensemble. La vrai bagarre et la souffrance commencent.

On lâche rapidement deux des trois binômes. Après 8 km de cohabitation, la troisième équipe nous sème lors de l'ascension de la grosse difficulté du jour,. Les écarts sont faits il ne reste plus qu'à se battre contre soi-même.

La température de l'eau et surtout l'oubli de refermer ma combinaison m'ont provoqué un début d'hypothermie. Le souffle est court , les crampes se font sentir, à chaque ravito je dévore tout ce que je peux. La dernière heure c'est de la gestion des douleurs et je vois Bruno qui s'est refait la cerise et qui tourne comme au premier tour .

Lors de la dernière demi-heure j’essaie de profiter au maximum des sensations car c'est ce que nous sommes venus chercher, un dépassement physique et psychologique, la beauté du paysage…

La veille on doutait qu'il y avait 470m sur la dernière traversée mais avec la fatigue il s'avère qu'ils étaient bien là… peut-être plus d’ailleurs !!

A notre arrivée, au bout de 5h33 d'effort (4,6 km de nat et 29 en CàP), je suis épuisé, transi de froid mais heureux d'avoir partagé ce moment avec Bruno qui a été énorme tant lors de la préparation que durant la compétition.

Il faut maintenant récupérer mais je ré-signe demain sans hésitation.
 
Patrice