VSF TriathlonLa Ferté Bernard (72)

Marie-Hélène se jette à l'eau et fait son premier triathlon en mer

Saint Gilles Croix de VIE, un 13 Septembre, temps gris, pluie et vent ...
 
Quand Bernard m’a parlé d’aller au week-end club à Saint Gilles Croix de Vie, j’ai dit banco ! Quand il m’a demandé sur quel triathlon il devait m’inscrire, peu courageuse et sachant mes temps d’entraînement au minimum en septembre, j’ai dit OK pour le XS !
 
Nous voilà donc partis samedi en direction de la Vendée, on part sous la pluie, on arrive au bord de la mer sous le soleil, Saint Gilles Croix de Vie noir de monde, on se croirait en vacances !!!
 
Dimanche c’est le jour J : malgré une météo annoncée pourrie, il fait beau, pas chaud mais le soleil est là. Pour le S du matin, ils ont la chance : ils vont nager à marée descendante (ça raccourcit le parcours si il y a du retard ...) et surtout la mer est d’huile selon les gens du coin ..., Moi personnellement, je trouve que les vagues sont déjà hautes…les filles, Aude et Véro, sont sur le S, motivées et je me dis : pourquoi je ne lui ai pas dit S quand il m’a posé la question !

10H15 : je file à la voiture manger un peu de salade de pâtes, c’est pas trop mon horaire pour la salade de pâtes : le repas est très léger !

12H30 : munie de toutes mes affaires je me mets dans la file pour entrer dans le parc à vélo, et là il fait froid, la pluie se met à tomber, le vent souffle fort et les vagues n’en parlons pas ! On est dans le sable donc pas question de mettre la combinaison natation pour se réchauffer, je tremble, je suis gelée, à 13 heures enfin le parc à vélos ouvre, normalement 13 heures, c’était l’heure du départ ! Je mets ma combi au moins ça me réchauffe un peu, mais je tremble toujours. Enfin on se dirige vers le car podium pour le briefing. Mes lunettes prennent l’eau et je cherche désespérément autour de moi un bout de tee-shirt sec pour les essuyer ainsi que mon visage, une âme charitable me prêtera une manche de sweat, merci Christophe D.
On arrive sur la plage, on nous autorise à aller dans l’eau, et là surprise elle n’est pas froide. Il fait même meilleur dans l’eau que sur la plage ! Et plouf mes lunettes prennent encore l’eau, heureusement Angèle va sauver sa maman en lui prêtant un kleenex.
Me voilà donc prête pour affronter une mer déchaînée : on nous emmène à droite, à non finalement le départ est à gauche, personne ne sait quel parcours on doit faire, je demande à l’arbitre puis au président pour être sure et là on me répond bouée jaune ronde puis bouée jaune conique et retour sur la plage ! ça parait long pour 250 m et ce sera en effet très long !
Le départ est donné de la plage, on court pour se mettre à l’eau. La marée est montante et comme on part en retard, la distance a augmenté insidieusement… je cours et quand je dois nager, je suis déjà super essouflée… je crawle, je brasse, j’essaie d’apercevoir la bouée jaune ... impossible avec les vagues ! Je vais mettre beaucoup de temps pour atteindre cette première bouée, j’ai l’impression que plus j’avance plus elle recule. Je finis par l’attraper pour l’empêcher de reculer et pouvoir en faire le tour.
Je vais ensuite jusqu’à la bouée conique, c’est un peu plus facile car on nage dans le sens du courant. Je passe la bouée conique et là je me retourne ... surprise ! les autres concurrents coupent le fromage et ne font pas le tour de la 2ème bouée, super les organisateurs et les arbitres…
Je reviens sur le sable, je suis contente d’avoir fini mais c’était très long (une fille qui a nagé avec moi et qui avait une montre GPS me dit qu’on a nagé 670 m !!!!)
A la sortie de l’eau, heureusement j’ai mon comité d’accueil et Bernard et Angèle m’aident à enlever ma combi sur la plage, je l’attrape et je cours vers le parc à vélo mais pas trop vite je suis encore super essoufflée.
Ensuite vélo à fond, j’aperçois Marie-Christine au loin qui roule très vite, trop vite pour moi, je ne pourrais pas la rattraper. Ensuite c’est Laurence « Longo » qui me double ... j’essaie de ne pas la perdre de vue, le parcours vélo est dangereux, glissant avec plein d’aller-retour, des routes cabossées et pleines de trous.
Retour en vélo pour savourer ma partie préférée la course à pied. Je rattrape Laurence Longo dès le début du parcours, et là le parcours est agréable, je double quelques personnes, tous les gens du club sont là pour nous encourager et faire la Ola. Le club de la Ferté-Bernard ne passera pas inaperçu à Saint Gilles Croix de Vie ! Je termine contente de l’avoir fait et très contente de ce week-end vraiment sympa avec les gens du club : A REFAIRE !
 
Marie-Hélène