VSF TriathlonLa Ferté Bernard (72)

La performance de folie de Joachim à EMSDETTEN en Allemagne les 13 & 14 Juin

Le we dernier - 13 & 14 Juin 2015, j'ai participé à la seconde édition du double ironman de Emsdetten en Allemagne.

Au menu : 7.6 km de natation, 360 km de vélo, 84 km de course à pied.

Accompagné d’un ami, et après une longue route à travers la France, la Belgique, la Hollande et enfin l’Allemagne, nous avons pu retrouver les autres triathlètes sur place, et notamment Guy et Goulwenn, les 2 autres français qui vont prendre également le départ de la course.
Au total, nous sommes 52 athlètes (dont 3 femmes), de 9 nationalités différentes.
Le vendredi est consacré à la préparation du matériel, au montage de la tonnelle sur le bord du circuit vélo, au repérage des lieux, au repos et aux retrouvailles avec les autres triathlètes dont certains sont devenus des amis depuis le temps.

NATATION
Il est 7h du matin, le départ est donné, c’est parti pour 7,6 km de natation dans un bassin extérieur de 50 mètres (je vous épargne le calcul mental : ça fait 152 longueurs à parcourir !).
Il fait beau, l’eau est bonne, c’est un vrai bonheur pour moi qui suis frileux !
Les 2 premières heures se passent bien, nous sommes à 7 nageurs dans la ligne d’eau, je nage doucement mais surement, sans crampe, ni autre soucis.
Mais, la lassitude arrive peu à peu et je suis impatient de sortir de l'eau.
Finalement, je mets 2h54 pour sortir de l’eau en 41ème position. Le 1er quant à lui doit déjà être loin devant puisqu’il ne lui aura fallu que 1h59 pour sortir du bassin.

VELO
C’est parti pour 360 km sur un circuit de 4.7 km (encore un peu de calcul mental ... 76 tours !). Drafting interdit ! Je pars sur un rythme de 27 km/h sur les 110 premiers km, puis le rythme décroit au fur et à mesure, je fais des pauses de 5 à 10 minutes toutes les 2 heures.
Au bout de quelques heures je ressens des douleurs aux cervicales, j’abandonne la position aéro et me redresse sur le vélo pour plus de confort. Malgré le vent de face sur une partie du parcours, la position redressée ne me gêne pas trop et les jambes tournent bien.
Ensuite ça se complique : j’ai de plus en plus mal aux cervicales, puis aux épaules, puis aux bras, puis aux points d’appui des mains sur le cintre … je me rend compte que le poste de pilotage de mon nouveau vélo de chrono est beaucoup trop bas pour ce genre de distance. Mais bon, il reste moins de 100 km, il n’est pas question d’arrêter maintenant !
Les concurrents qui se croisent s’encouragent mutuellement, tout le monde est dans le dur à ce stade de l’épreuve, mais le moral reste bon. La nuit tombe, il ne reste que quelques tours … et enfin ça se termine. Je parcours les 360 km en 15h48, soit un peu moins de 23km/h de moyenne. Le premier athlète à mis 11h25, soit 31.5km/h !!

COURSE A PIED
Il est presque 2 heures du matin quand je commence à courir, je suis en 40ème position.
C’est parti pour 84 km (60 tours de 1.4 km). La nuit est assez douce et pas trop humide, ce qui permet de ne pas se refroidir. La partie course à pied est l’occasion pour moi de faire un bout de chemin avec les autres concurrents que je croise, d’échanger avec eux, de leur demander où ils en sont, comment ils vont, de les encourager et aussi d’observer les meilleurs qui ne sont plus très loin de la ligne d’arrivée et qui filent à des allures que tout le monde envie.
J’effectue le 1er semi-marathon à 8km/h, le 2nd et le 3ème à 7.14km/h, puis des douleurs aux tendons d’Achille arrivent et m’empêchent de courir, je termine donc le dernier semi-marathon en marchant.
Il me faut 12h14 pour parcourir les 84,4 km, c’est le 25ème temps en course à pied. Le meilleur coureur a couru à 10.4 km/h … impressionnant !

RESULTATS
Au final, j’ai remonté 9 places pendant la course à pied et termine en 31ème position après 30h57 de course.
Ce fut un vrai week-end de fêtes, de sports, de rencontres, de retrouvailles, de partages et de dépassements, qui s’est terminé par une belle cérémonie de remise des prix et un repas commun avec tous les athlètes, accompagnateurs, organisateurs et bénévoles.

A peine rentré à la Ferté je pense déjà à la prochaine occasion de prendre le départ d’un Ultra Triathlon.

Joachim